MENUS

  • ACCUEIL
  • QUI SOMMES-NOUS?↓
  • SERVICES↓
  • ACTIVITES↓
  • SOLIDARITE↓
  • ADHERER
  • CONTACT
  • blogger

    vendredi 8 décembre 2017

    Le Centre Sainte Bakhita à l'approche de Noël



    Chers amis de Château-Thierry,

    Juste un mot pour vous donner un peu de nouvelles du centre Bakhita. Pour le moment tout va bien. Les activités évoluent bien, par la grâce de Dieu.

    Comme je le disais la fois passée, nous sommes parvenus à acquérir la propriété du bâtiment où nous faisons les activités. Les 3/4  du prix d’achat sont déjà versés et le reste le sera bientôt, grâce à l’aide des amis de la mission et les Missionnaires Comboniens eux-mêmes qui nous ont immédiatement avancé la moitié du prix total, soit 200,000.00  (deux cent mille euros). Le tiers restant est presque prêt, il nous manque un tout petit peu (20,000.00 – vingt mille) pour en finir. Dieu aidant, nous y parviendrons.

    En même temps, nous avons aménagé une place pour que les enfants puissent s’y épanouir en pratiquant les jeux de leur souhait. Aussi comptons-nous y aménager une place pour prier, surtout que la place que l’on utilise  actuellement est trop exigüe pour contenir tous nos chrétiens du centre. Avec la place spacieuse, les gens se sentent un peu plus à l’aise.

    Avec les familles chrétiennes, nous avons convenu de nous réunir deux fois par mois avec les familles du centre  d’Abbassiya (le centre de la paroisse) pour prier ensemble et échanger sur l’expérience au sein des différentes familles. Ceci pourra permettre aux familles de se connaitre davantage et de s’entraider dans des situations particulières. On essaie de faire une lecture commentée de l’exhortation apostolique post synodale Amoris Laetitia.


    L’Ecole tend vers la fin de l’année scolaire. Il ne reste que trois mois et les enfants seront en grande vacances. En effet, nous sommes obligés de suivre le calendrier scolaire de Khartoum (Soudan) puisque les enfants doivent passer l’examen de fin de cycle primaire ou secondaire que Khartoum nous envoie. Ceci pour permettre à nos réfugiés d’avoir un diplôme reconnu officiellement.

    La pastorale des Jeunes présente plus de défis. La jeunesse est tiraillée entre le christianisme et la tradition qui est devenue comme un lourd fardeau dont il faut s’affranchir. Les Soudanais ont un sens tellement aigu de leurs traditions qu’ils se trouvent écartelés quand il faut prendre une décision sérieuse. Ils se demandent s’il faut se plier aux exigences la tradition ou s’il faut vivre la foi chrétienne comme il se doit. C’est ici que nous sommes invités à conscientiser la population sur certains us et coutumes qui sont devenues désuets mais que les anciens veulent imposer à toute nouvelle génération… Sans compter les  traumas de la situation du réfugié.

    Les femmes continuent les activités de coupe et couture, tricot, broderie etc.   Nous sommes en train de voir comment  trouver d’autres machines avant de remplacer les anciennes qui ne sont plus en bon état.

    Puisse ce temps de l’Avent nous permettre de vivre profondément notre foi-espérance afin que nous puissions connaitre vraiment la joie et la paix. Dans ce temps liturgique nous nous préparons à célébrer le grand Avènement”: la venue de Notre Seigneur. “Noël”, “Nativitas”: que chaque journée de notre existence soit une naissance” à la vie de l'amour! La meilleure manière de veiller c'est peut-être de faire de notre vie un Noël” permanent. Permettez-moi de vous souhaiter un fructueux temps de l’Avent… Que l’Emmanuel qui vient nous apporte vraiment la vraie paix !

    Père Justin Kakule